Histoire du jumelage

Pour connaître l'histoire de notre association,

la voici retracée dans l' article paru en Mai 2001 dans Images de Marcq N°119 

 

Marcq-en-Barœul et Gladbeck : quarante ans de jumelage, d’échanges et d’amitié.


Le samedi 22 mai en France, puis le jeudi 3 juin en Allemagne, Marcq-en-Barœul et Gladbeck célébreront le quarantième anniversaire de leur jumelage. Un jumelage auquel l’association "Les Amis de Gladbeck", qui fêtera, elle, ses quarante ans l’année prochaine, a pris une part active.
Revenons donc quarante ans en arrière. L’heure est au rapprochement franco-allemand, voulu par le Général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer, et concrétisé, en 1963, par la signature du Traité de l’Elysée entre les deux pays. Dès 1964, Gladbeck, ville de 90 000 habitants, située près d’Essen, à la limite de la Ruhr et de la Westphalie, souhaite créer des liens d’amitié avec une commune du Nord de la France. Aidée dans ses recherches par un office français qui avait un bureau à Dortmund, la municipalité allemande "sélectionna" Waziers et Marcq-en-Barœul. Et après une visite dans les deux villes, c’est Marcq-en-Barœul qui fut choisie comme future ville jumelle.

Protocole et traité

Avant même d’officialiser leurs relations, les deux villes décidèrent de nouer des liens dans les domaines du sport et de la jeunesse. Ainsi, dès juillet 1964, vingt-sept sportifs allemands accompagnèrent-ils les représentants de leur municipalité pour l’inauguration de la salle
Saint-Exupéry. Et, depuis lors, l’Office Municipal des Sports marcquois n’a pas cessé d’être un "moteur" primordial pour la pérennité des relations entre les deux villes (photo ci-dessous). Enfin, le 9 octobre 1964 fut signé le protocole de jumelage entre Georges Lambrecq, maire de Marcq-en-Barœul, et son homologue allemand Hans Wuwer (photo ci-dessus).
Dans ce protocole, les municipalités affirmaient leur volonté d’employer toutes leurs forces :
- "pour cimenter une entente cordiale entre les citoyens des deux villes
- pour faciliter des visites mutuelles de délégations et de personnes seules
- pour encourager surtout les jeunes citoyens à travailler à mieux s’entendre les uns les autres et à mieux comprendre la manière de vivre des autres peuples".
Des engagements qui furent confirmés lors de la signature, le 29 mai 1971, du traité de jumelage par les premiers magistrats des deux villes, Serge Charles et Norbert Host. Des engagements qui n’ont cessé, depuis, de se concrétiser, au travers d’échanges sportifs, culturels, linguistiques, scolaires, et ce grâce à nombre de personnes et d’associations qu’il serait impossible de citer ici. Tant furent nombreuses et fructueuses, au fil de ces annees, rencontres et manifestations organisées des deux côtés de la frontière franco-allemande.

Les Amis de Gladbeck

Parmi les "acteurs" de ces quarante ans de jumelage, l’association "Les Amis de Gladbeck" tient une place majeure, ne serait-ce qu’en raison de son ancienneté. Elle fut en effet créée le 17 mai 1965, avec comme président Jean Legleye et comme vice-présidents Freddy Jacmart, Serge Charles et Xavier Devaux.
Et comme le voulait le protocole de jumelage, l’association s’impliqua prioritairement dans les échanges entre jeunes. Notamment dans les échanges scolaires dont elle assuma longtemps la gestion, au bénéfice des différents établissements concernés, avant que la Ville ne reprenne ce dossier. Les Amis de Gladbeck furent aussi à l’origine de la création de cours d’allemand pour tous publics, dès les années 1970, ce qui facilita les échanges puisque parallèlement des cours de français étaient organisés à Gladbeck dans le cadre de la Volkshochschule, une sorte d’Université populaire. Autre composante importante des premières années du jumelage, la colonie de vacances franco-allemande, organisée par Jeunesse Amitié Gladbeck, qui réunit des jeunes des deux pays pendant une dizaine d’années, avant d’être supprimée dans les années quatre-vingts.

Réflexion

Aujourd’hui respectivement président et vice-président des Amis de Gladbeck, Jean-Jacques Givaudan et Yves Détrez ont connu toutes ces structures, puisqu’ils sont membres de L’association depuis une trentaine d’années. "Outre la municipalité qui a toujours encouragé et soutenu toutes les formes d’échange, il faut souligner le rôle essentiel tenu par deux personnes : Jeanne Hirsch, principal du collège des Hautes-Loges, et Georges Foucart, secrétaire général de l’association, qui fut une véritable "locomotive" jusqu'à son décès" se souviennent-ils.
Mais malgré de nouvelles formes de rencontres –week-ends culinaires, week-ends de marche dans les Ardennes, marché de Noël, les échanges franco-allemands ont connu pendant quelques années une période "plus calme", qui fut aussi celle de la réflexion. "On peut trouver plusieurs explications à cet état de fait, suggèrent Jean-Jacques Givaudan et Yves Détrez. Il y eut d’abord, de manière générale, une moindre implication dans la vie associative ; ensuite, avec l’ouverture sur le monde, les échanges européens furent moins une priorité ; enfin, au plan linguistique, le nombre d’élèves qui choisissent d’étudier l’allemand n’avait cessé de diminuer. Tout cela avait entraîné un manque de renouvellement chez les jeunes générations dans la fin des années quatre-vingt-dix. Mais le passé récent est plus encourageant".

Renouvellement

Sous l’impulsion du premier magistrat allemand, Eckhard Schwerhoff, a en effet été créée il y a deux ans à Gladbeck, l’Association des Amis de Marcq-en-Barœul. Disposant d’un statut officiel et doté d’un budget propre, celle-ci joue désormais un rôle essentiel dans le jumelage et est ainsi un partenaire privilégié de l’association marcquoise.
" Et des deux côtés du Rhin, nous avons eu le plaisir de voir des "colons" de Jeunesse Amitié Gladbeck, devenus adultes, se rapprocher des deux associations, se réjouit Jean-Jacques Givaudan. Une rencontre de ces anciens JAG a eu lieu à Marcq-en-Barœul en octobre dernier, et la prochaine est prévue à Gladbeck cet automne. Cet investissement va permettre de part et d’autre un renouvellement et un rajeunissement des équipes dirigeantes. On peut donc être –raisonnablement- optimiste : le jumelage Marcq-en-Barœul – Gladbeck a encore de beaux jours devant lui".
Un optimisme qui sera sans aucun doute de mise le samedi 22 mai pour la célébration officielle de ce quarantième anniversaire.

Jum 1 Jum 5

 

  

 
 

Ajouter un commentaire